Histoires foraines

Ici la musique résonne, les rabatteurs s’égosillent, les loupiotes clignotent et les bulles libélullent !

C’est depuis toujours que la force et l’adresse président au plaisir des fêtes foraines. Taper et tirer sont vertus souveraines, l’Homme y excelle par de hautes prouesses ! Ne barguignons pas dans les calembredaines, ce que nous offrons, c’est de la pure liesse : un jeux, trois acteurs (d’ordinaire on s’y presse )…

Saurez-vous, Acheteurs, saisir cette aubaine ? Le gros bras, à la masse, frime pour sa meuf ; le plus malin s’ amuse à déjouer l’attrape-nigaud. Bref, tout le monde est vainqueur, jusqu’au plus miraud. Et repart avec un « tataouage » super chouette… Signez là, Marchands d’Art, et l’affaire est Fête !

La famille Martoche, forains depuis 1863

La Famille Martoche - crédit Anonyme

1863 – Martin et son père Marlone, première génération de Martoche forains

Vous voilà devenu Marcel ou Polo, Lulu ou Titi, enfin un de ces gros bras qui fanfaronne à la fête foraine. Grand tonton costaud, p’tit neveu timide, minot intrépide, demoiselle téméraire, maman héroïque ou ado nonchalant : tout le monde tambourine, tout le monde a sa chance ! Viens affronter la machine, viens lui mettre une danse, viens briller par ton habileté, tester ta force et aussi rigoler si… jamais c’est raté !

 

La famille Martoche - crédit anonyme

1925 – Martel Martoche exporte l’attraction aux Ztasunis

Du High Striker

High striker - Popular Science - Septembre 1933
High striker - Popular Mechanics - Fevrier 1935