Histoires foraines

NOTE D’INTENTIONS

Initié en 2012 et intitulé « La masse et l’oeuf », ce projet est le résultat d’une passion partagée pour l’univers forain. Tout d’abord sous forme de jeu et d’animation, nous avons réalisé de nombreuses expérimentations dans différents lieux et avec des publics variés.

En 2016, le projet se fixe sous le nom de « La famille Martoche ». Nous retravaillons la scénographie et commençons un travail d’écriture.

En 2018, Tonton Martoche, alias Franck Auricoste, le patriarche de la famille, nous quitte pour aller faire les balances avec Elvis…Se pose alors la question de l’avenir.

Nous décidons de continuer à cultiver la mémoire car « quand on oublie les disparus, ils meurent deux fois ». C’est dans ce contexte que Luc Auriol, alias Marvin Martoche, intègre le spectacle, et Tonton… il ne nous quitte pas totalement : il nous suivra matérialisé dans une petite boîte. Désormais à 3 et demi, nous abordons une nouvelle étape de travail, plus précise et profonde, chargé de cet événement crucial. Cette histoire transparaît logiquement dans le spectacle. Nous voulions aborder les thèmes de la transmission, de l’héritage et le thème du deuil selon nos convictions; libérés de concepts religieux, de tabous ou de mélancolie trop larmoyante. Aborder ces thèmes simplement et naturellement, avec respect, au même titre que tout événement important dans une famille.

Aujourd’hui, la famille Martoche, c’est un mélange d’attraction foraine et de spectacle interactif, destiné à un public familial à partir de 4 ans. Du rire, de l’émotion et de la bienveillance pour réaliser un spectacle plein de rebondissements. Nous avons porté notre attention sur la vie des personnages, leurs différences, leurs folies et surtout sur l’intégration du quatrième comédien : le joueur. Le public est invité à devenir acteur en adoptant ce rôle. Cette cohabitation crée des situations inattendues et parfois mémorables. Un coup de projecteur sur des inconnu(e)s qui méritent l’attention de tous. Car face à la machine, face à la tentative de performance et avec le soutien des Martoche, une histoire passionnante se déroule : la rencontre et la découverte de nos semblables. Il y aura de grandes réussites, des ratages monumentaux, des moyennes ordinaires, de fébriles hésitations, des glorioles disproportionnées, des satisfactions jubilatoires, des remontées fulgurantes, des dégringolades inattendues, de la bonhomie, de la mignonnerie, des minauderies, pas mal de frime, un peu de gêne, du respect des anciens, de l’asticotage d’ados, beaucoup de rire, de l’amour, de la poésie et surtout… une histoire de famille.

La structure clownesque du spectacle est constituée de parties écrites qui mêlent bagout, gags physiques, impertinence, absurdité et de situations fortuites laissant libre cour aux improvisations.

Avec de multiples et différentes expériences des arts de la scène et des arts de la rue, les comédiens enrichissent ce projet par leurs complémentarités.

La famille Martoche, forains depuis 1863

La Famille Martoche - crédit Anonyme

1863 – Martin et son père Marlone, première génération de Martoche forains

2017-Tonton Martoche à Lestiac sur garonne les bains

La famille Martoche - crédit anonyme

1925 – Martel Martoche exporte l’attraction aux Ztasunis

Du High Striker

High striker - Popular Science - Septembre 1933
High striker - Popular Mechanics - Fevrier 1935